Le blog entreprise-facile

Enquête par sondage : créez votre questionnaire

entreprise-facile édite des services dans le cloud pour TPE et PME.
Nos services permettent de réaliser votre business-plan, vos devis et factures, gérer votre entreprise, gérer votre actionnariat, faire votre reporting, et... rejoindre une communauté d'entrepreneur.

le bureau virtuel
mon-business-plan.com
ma-facturation.com
gestion-de-chantier.com
gestion-auto-entrepreneur.com
mes-actionnaires.com
et...
la communaute
mon-incubateur.com
entreprise-facile.tv
ou encore...
open-bp.com
540jours.com

Enquête par sondage : créez votre questionnaire

Publié par facile2 Tue, 29 Mar 2011 13:28:00 GMT

 
Pour réussir son sondage, il faut poser les bonnes questions, c'est-à-dire celles qui permettront de reccueilir des informations utiles et exploitables pour votre entreprise.

La mise en place d'un sondage doit s'intégrer dans une démarche stratégique. Dans ce contexte, le rôle du questionnaire est essentiel et demande de la réflexion et de la préparation.

Le sondage est une technique de recueil d’information qui se doit d’être structurée et précise pour obtenir des réponses claires aux questions que vous vous posez, d’identifier des besoins, de vous aider à faire des choix parfois stratégiques pour le développement de vos produits ou de vos services, etc.

Il faut garder à l’esprit que l'enquête réalisée doit déboucher sur des actions opérationnelles concrètes, et des prises de décisions. Si votre sondage est mal préparé, il est fort probalement que vous ne puissiez ni exploiter les résultats, ni prendre des décisions.

Voici quelques points clés pour bien concevoir votre questionnaire.

 

Définir des objectifs

Pour commencer, il faut donc tout d’abord bien définir le ou les objectifs de votre enquête.

Sans objectif clair, vous ne pourrez pas avoir de réponses précises à votre problématique. Formaliser cet objectif par écrit vous permet d'orienter la construction de votre enquête, et de ne pas dévier de votre objectif.

Quelques exemples :

  • Mesurer l’intérêt des habitants de la région PACA pour les énergies solaires
  • Déterminer le niveau de prix acceptable pour la vente de mon produit innovant
  • Identifier l’intérêt d’un service de livraison de plat à domicile dans la région nantaise 
  • Analyser le comportement du lectorat d’un magazine gratuit distribué en gironde et mesurer l’intérêt pour de nouvelles rubriques
  • Etudier les besoins des TPE en terme de sous-traitance de secrétariat et comprendre leur motivation d’achat



Structurer le questionnaire

Il s’agit de définir dans un premier temps les grands thèmes qui seront abordés dans votre enquête et de les ordonner pour que la personne interrogée entre, peu à peu, dans votre schéma de questionnement, dans votre univers, et ne soit pas perturbée par des questions redondantes ou non liées les unes aux autres. Définir des thèmes vous permettra de trouver les enchainements logiques d’une question à l’autre et de structurer votre questionnaire. Les objectifs que vous avez définis, doivent guider la définition des thèmes de votre enquête.

Par ailleurs, pour rassurer la personne interrogée et obtenir des réponses fiables, il convient de procéder en "entonnoir” en partant des questions les moins engageantes aux questions les plus personnelles, et du général au particulier.

Les questions d’introduction doivent être simples et claires. L’idéal est de commencer par des questions dichotomiques (qui admettent une réponse par oui ou par non) ayant une réponse évidente pour l’interlocuteur, en vue de mettre ce dernier en confiance. Ces questions dites de  “prise de contact” servent d’entrée en matière. On peut ensuite aborder plus sereinement les questions factuelles (habitudes, comportements) puis les questions d’opinions (évaluations, satisfaction).

Pour reccueillir des informations utiles, il faut un minimum de questions. Vous ne pourrez par avoir un retour exploitable avec deux ou 3 questions isolées.

 

Rédiger les questions

Les questions posées doivent être claires et compréhensibles.

Utilisez des formes interrogatives simples, un langage courant (éviter les mots complexes, le langage populaire, le jargon trop technique ou tout vocabulaire d’usage interne à l’entreprise), faites des phrases courtes et n’évaluez qu’un point spécifique, c’est-à-dire qu’une seule notion par question pour faciliter la compréhension par la personne interrogée, mais aussi l’analyse à la fin.

Exemple :

  • A faire : Quel moyen de locomotion utilisez-vous pour vous rendre au travail ?
  • A ne pas faire : Quel moyen de locomotion utilisez-vous pour vous rendre au travail et récupérer vos enfants à l’école ?

La bonne démarche est de scinder cette question en deux pour avoir une appréciation claire et distincte sur chacun des éléments, d'un côté comment la personne se rend au travail, de l'autre, comment elle récupère ses enfant à l'école

  • A faire : Quels seraient vos besoins en matière de services à domicile ?
  • A ne pas faire : Seriez-vous intéressé par un service de courses et de repas à domicile ?

Dans le cadre de la première question, vous proposez des items de réponses possibles  tels que : repassage, ménage, courses, repas, garde d'enfants, autres

 

N’utilisez pas d’adverbe et pas de qualificatif dans la question pour ne pas influencer ou perturber la personne interrogée. Le perception d'un qualificatif n'a pas la même valeur d'une personne à l'autre. vous ne feriez qu'ajouter un biais à votre étude en intégrant de tels termes dans vos questions.

Exemple :

  • A faire : Lisez-vous le magazine "zzzzzz..." ?
  • A ne pas faire : Lisez-vous depuis longtemps le magazine "zzzzzz..." ?
  • A faire : Combien seriez-vous prêt à dépenser pour cette prestation ? (soit vous proposez une liste de valeur, soit la personne interrogée vous l'indique : c'est utile)
  • A ne pas faire : Etes-vous prêt à payer plus cher pour ce service ? (la question implique un "oui ou non", mais pas de notion de valeur, qui est l'élément critique qui vous intéresse normalement)


Evitez les négations ou les formes interro-négatives qui rendent les questions difficiles à comprendre.

Exemple :

  • A faire : Avez-vous rencontré un problème lors de la réalisation du test ? 
  • A ne pas faire : N’avez-vous jamais eu de problème lors de la réalisation du test ?
  • A faire : Auriez-vous besoin d'une garde à domicile pour vos enfants ?
  • A ne pas faire : N’auriez-vous pas besoin d'une garde à domicile pour vos enfants ?


Eviter les verbes flous, ambigus qui n’autorisent pas à se positionner de manière claire, dans vos questions

Exemple :

  • A faire : Achèterez-vous le produit dans les 3 prochains mois ? 
  • A ne pas faire : Envisagez-vous d’acheter le produit dans les trois prochains mois ?
  • A faire :  Dans les 6 prochains mois, allez-vous prendre des mesures pour diminuer votre consommation d'énergie ?
  • A ne pas faire : Pensez-vous modifier votre consommation d'énergie ?

Envisager, modifier, penser ne sont pas des verbes d'action forts, qui impliquent qu'une décision sera prise. Acheter, diminuer offre plus de sens à la question, et vous apporte une réponse constructive.

Au delà, il est conseillé d’éviter les questions très engageantes personnellement de type : religion, argent, santé, sexe, alcool, conflits familiaux.


Types de questions

Les questions à texte dites questions ouvertes : questions pour lesquelles aucune réponse n'est proposée. L'individu sondé est donc libre de répondre comme il le sent à la question, en citant des mots ou en faisant des phrases. Les réponses à ce type de questions sont généralement complexes à analyser, et parfois peu pertinentes. A utiliser avec modération !

Les questions fermées à choix unique : questions auxquelles la personne interrogée ne peut choisir qu'une réponse parmi l'ensemble des réponses proposées dans une liste. Les réponses à ce type de questions sont pré-établies et peuvent être par exemple : oui ou non, ou bien une liste de mots clés, de noms, de verbes d’action ou de qualificatifs, en fonction de votre question.

Les questions fermées à choix multiple : questions pour lesquelles l'individu sondé peut choisir plusieurs réponses parmi celles proposées dans une liste. Les réponses à ce type de questions sont pré-établies et peuvent être par exemple : une liste de mots clés, de noms, de verbes d’action, de citations, de phrases ou de qualificatifs, en fonction de votre question.

Les questions à échelle : se sont des questions à valeur numéraire qui permettent d’apprécier, d’évaluer et de qualifier des notions. Pour ce type de questions, privilégiez les échelles avec un nombre de réponses possibles paires, afin que l’individu interrogé se positionne et qu’il n’y ait pas de notion de moyenne.

Exemple :

  • A faire : très satisfaisant, assez satisfaisant, peu satisfaisant, pas satisfaisant / ou : 0 – 1 – 2 – 3 – 4 - 5
  • A ne pas faire : très satisfaisant, assez satisfaisant, satisfaisant, peu satisfaisant, pas satisfaisant / ou : 1 – 2 – 3 – 4 - 5


Les enquêtes comprenant des questions fermées facilitent le traitement des données, mais nécessitent que les items de réponses soient bien cernés au préalable et saisis en majorité dans les éléments de réponses possibles, sans quoi, les réponses "autres" risquent d’être très nombreuses et inexploitables.


Vous souhaitez mener une étude ? Rendez-vous sur la communauté des entrepreneurs. Le service gratuit "sondages" vous permet de réaliser, auprès des membres et de visiteurs de la communauté, des études de marché, de prix, de comportement, d'intérêt, mais également des enquêtes d’opinion. 

Vous souhaitez être accompagné dans le développement commercial de votre entreprise ? Nos experts sont à votre écoute pour faire un point et vous aider au quotidien. Contactez-nous et demandez votre devis.

 

 

Posted in  | Tags , , , , , ,

Comments