author Publié par incwo2 Wed, 05 Dec 2007 08:56:00 GMT

Pierre-Loïc RAYNAUD est la fondateur de Pierlis, société spécialisée dans la création de sites Internet. Ingénieur de formation, il nous fait partager son parcours de créateur et d'entrepreneur.

1/ Comment vous est venue l'envie d'entreprendre et de créer Pierlis ?

Bonjour, Dans mon parcours j'ai eu la chance de créer, avant Pierlis, 3 sociétés, trouvant toutes leurs clients par internet. A chaque fois, j'étais à l'origine de l'architecture technique mise en place, et responsable du développement informatique de l'entreprise. Ce que j'ai fait pour mes sociétés, j'ai voulu le proposer à d'autres, en prestation de service.

2/ En quelques mots, quel est le concept de votre entreprise ?

Pierlis est une société de service spécialisée dans la réalisation de sites internet sur mesure : ecommerce, cms, nos clients sont dans la presse, la finance l'e-commerce ou la vidéo.

3/ Vous aviez précédemment créé d'autres entreprises : que vous ont appris ces précédentes expériences sur la création d'une entreprise et le lancement d'une activité ? Quelles erreurs vous ont-elles permis d'éviter ? Comment vous ont-elles permis d'optimiser vos décisions ou d'accélérer la croissance de Pierlis ?

L'expérience est très importante : c'est ce qui reste quand vous vendez ou quittez votre entreprise. J'ai appris à envisager toutes les relations humaines dans le long terme, et à me concentrer sur mon métier. Avoir créé d'autres entreprises auparavant, c'est également important pour la confiance. J'aime l'image du préau d'école, lors de votre première rentrée scolaire : la première année, le premier jour, c'est impressionnant. On est intimidé. Et puis la rentrée suivante, on se sent chez soi, on trouve ses marques très rapidement, vos camarades sont toujours là. D'ailleurs rien n'empêche de "jouer avec eux" : j'ai trouvé un certain nombre de mes clients parmi mes connaissances "d'avant".

4/ Quelles sont actuellement vos principales préoccupations dans le cadre du développement de votre entreprise ? Qu'envisagez-vous pour les résoudre ?

Elles doivent être assez "classiques" : le développement commercial et le recrutement de collaborateurs. Chez Pierlis, nous souhaitons conserver un positionnement d'expert, très orienté qualité. Je n'adhère pas au concept de "croissance à tout prix", il ne s'applique pas dans mon métier. Mes instruments pour piloter mon activité, c'est la satisfaction de mes clients et ma rentabilité. Pas le chiffre d'affaire.

5/ Vous préparez pour le 10 décembre 2007 l'organisation d'un événement : pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Ingénieur de formation, j'aime l'innovation. Le 10 décembre nous organisons un évènement ouverts à d'autres développeurs ou nous partageons nos connaissances sur les technologies que nous utilisons ou développons. Nous invitons aussi des développeurs d'autres sociétés à intervenir. Pour plus d'information ou pour s'inscrire à la soirée : www.metrorubyonrails.com

6/ Quels conseils donneriez-vous à un créateur qui souhaite lancer son activité ?

Il faut écouter l'expérience de ses aînés, même si l'expérience des autres ne profite jamais !


author Publié par incwo2 Mon, 03 Dec 2007 09:41:00 GMT

Frédéric Fages est dirigeant de 123PRESTA, un service, en ligne, de mises en relation des entreprises ayant un projet multimédia (site web, Intranet...) avec des agences spécialisées et webdesigners. A l'occasion de l'intégration de ce nouveau service sur le Bureau Virtuel, nous avons interrogé Frédéric Fages sur la création de son entreprise.

1/ Comment vous est venue l'envie d'entreprendre ? Comment l'idée de développer 123PRESTA.com s'est elle concrétisée ?

J'étais responsable commercial au sein d'une web agency spécialisée dans les solutions e-commerce packagées. Nous avions des difficultés à détecter des prospects et lorsque nous en avions détecté un, nous étions plus de 10 prestataires sur le dossier. J'ai donc réfléchi à mettre en place un système pour acquérir de nouveaux contacts et surtout des contacts qualifiés. A l'époque il y avait quelques sites de demande de devis mais pas forcement adaptés à la création de projets Internet et informatique (où l'on doit effectuer un cahier des charges avant de recevoir une proposition commerciale).

Partant de cette idée, j'en ai parlé autour de moi, j'ai rédigé un document de quelques pages de présentation, et suite à cela j'ai rencontré des structures d'encadrement et j'ai choisi l'Incubateur de l'école des mines d'Alès qui m'a encadré pendant deux ans. Durant ces deux années, nous avons réalisé la partie technique du projet, et commencer des démarches commerciales.

Nous avons rapidement vu que la demande était là, nous avons étoffés l'ensemble des services pour toujours apporter plus de solutions à nos clients.

2/ Quelles difficultés avez-vous rencontré pour développer votre projet ? Quels moyens avez vous dû mettre en oeuvre pour les résoudre ? Et à présent, quelles sont vos préoccupations quotidiennes ?

Les clients ! Nous nous sommes focalisés sur la détection de clients. En même temps, nous réflichissons tous les jours à améliorer nos services d'accompagnement d'entreprises en ligne.

3/ Vous avez développé votre projet au sein d'un incubateur : pourquoi avoir choisi de rejoindre un incubateur ? En quoi cela a t-il été bénéfique ou contraignant pour vous ?

Sans l'incubateur nous n'aurions jamais pu réaliser ce projet. Nous disposions d'un encadrement (accompagnateur), de consultants en fonction des besoins et surtout l'incubateur disposait de relations, avec des structures régionales et nationales, pour nous aider à financer notre projet. L'incubateur n'a été en rien contraignant bien au contraire.

4/ Aujourd'hui, vous fédérez des centaines, des milliers de prestataires : comment gérer et fidéliser ses partenaires ? Quelles qualités fait-il pour construire un tel réseau de partenaires ?

Tout d'abord de la patience, et de la transparence ! Nous avons toujours indiqué à nos prestataires que nous n'allions pas diffuser des milliers d'appels d'offres mais plutôt des projets qualifiés. Nous voulons un service de qualité plutôt qu'un service de diffusions d'annonces ou de demandes de devis sans réelle motivation. Nous développons notre notoriété à l'aide d'Internet principalement et nos nous efforçons de faire notre métier du mieux possible : la mise en relation de clients et fournisseurs dans les domaines de l'Internet et de l'informatique.

5 / Quels conseils donneriez-vous à un porteur de projet qui souhaite lancer son activité ?

C'est toujours difficile et facile à la fois. Je pourrai dire comme tout le monde, il faut croire à son projet, croire et croire encore. Je pense surtout que créer une entreprise, c'est comme dans la vie, il faut savoir ce qu'on veut faire, pourquoi, et se fixer des régles de conduite. Après on sait que ça va être dur et qu'il faudra faire attention aux gens qui ne vous veulent pas que du bien...

Sinon, c'est une très belle expérience de la vie, où il faut tout de même en mesurer les risques et les dangers...


author Publié par incwo2 Thu, 29 Nov 2007 17:01:01 GMT

Cette semaine, "l'observatoire entreprise-facile" de la création d'entreprises se consacre à l'usage d'Internet par les entrepreneurs.

Au quotidien, les entrepreneurs sont :

  • 89% à utiliser Internet pour communiquer par emails
  • 70% pour rechercher des informations
  • 68% pour présenter leur activité via des sites Internet

Retrouvez toutes les réponses des entrepreneurs, ci-dessous.

Et vous, pourquoi utilisez-vous Internet, chaque jour, dans votre entreprises ?

Données issues de l’enquête réalisée entre le 15 Avril et 20 Juillet 2007, au travers d’un questionnaire administré en face à face et par téléphone, sur un échantillon de 200 entrepreneurs, sur Paris, région parisienne et les 3 plus grandes villes de France, et correspondant à la répartition des créateurs d'entreprises selon Insee. Étude réalisée pour l'observatoire entreprise-facile.


author Publié par incwo2 Tue, 27 Nov 2007 08:58:00 GMT

Jean-Philippe Martinez est directeur de la Pépinière d'entreprise EOLE de Narbonne et Consultant Sénior en charge du département Entreprises au sein du Cabinet Interfaces. Il organise actuellement le 2ieme concours à la Création d'Entreprises de Millau auquel entreprise-facile s'est associé pour les récompenses des lauréats. Spécialiste du financement des entreprises, Jean-philippe Martinez, nous propose un point sur les formes de financement des entreprises.

1/ Quelles sont les différentes formes de financement auxquelles les entreprises peuvent faire appel ?

Délicat de résumer les différentes sources de financement, néanmoins ont peut retenir 3 catégories :

1- Les financements en fonds propres qui comprennent:

  • Les sommes apportées par le créateur (qui peuvent venir d’un prêt personnel -plutôt à déconseiller- ou d’un prêt d’honneur)
  • Les sommes apportées par les amis, les proches
  • L’argent apporté par les sociétés de capital investissement

2- Les financements bancaires et organismes associés qui comprennent:

  • Les emprunts à moyen et long terme
  • Les crédits baux sur matériel et immeuble
  • Les découverts
  • Les financements de l’exploitation (découvert, escompte, affacturage)

3- Les aides financières qui peuvent être mobilisées au niveau national (OSEO…) ou auprès des collectivités locales (Conseil Régional, Conseil Général…). Ces aides peuvent prendre la forme de subvention, d’avance remboursable, de « prêt sur l’honneur »….

2/ Quand on commence une recherche de financement, y a t-il une méthodologie à suivre ou à s'imposer pour optimiser et réussir sa démarche ?

Il est indispensable d’être accompagné dans sa démarche, surtout pour les projets qui doivent mobiliser des fonds de manière conséquente.

Par exemple au niveau des aides financières on peut parler d’un véritable maquis. Donc difficile d’identifier celles qui correspondent à nos besoins. De plus il faut être en mesure de les mobiliser au bon moment et surtout de connaître au-delà du règlement des aides la jurisprudence. Tout cela afin d’éviter de monter des dossier qui in fine sont refusés.

3/ Comment se faire connaître des investisseurs potentiels ?

En ce qui concerne les sociétés de capital risque il est aisé de les identifier le site de l’AFIC (Association Française des Investisseurs en capital) qui publie une liste.

Par contre au niveau des business angels, ces personnes qui investissent à titre personnel une partie de leur patrimoine dans un projet, il est plus délicat de les identifier. C’est pour cela que se sont crées des réseaux de business angels. Le gouvernement vient de publier la liste des réseaux de business angles qu’il a contribué à créer : http://www.pme.gouv.fr/gazelles/reseauxba.pdf

4/ A partir de quand faut-il faire appel aux investissements externes ? Pendant quelle phase de réflexion ou à quel stade d'avancement du projet ou de développement de l'activité ? Est-ce qu'il y a un moment où c'est trop tôt, ou bien un où c'est trop tard ?

D’une manière générale c’est la nature même du projet qui impose naturellement l’appel à des investisseurs. Lorsque vous souhaitez développer un produit innovant, que la phase de recherche et développement doit durer 2 ans et que vous devez mobiliser 100 000 euros…..

A moins de disposer d’un patrimoine personnel il faudra bien trouver une solution externe…

De la même manière lorsque vous être une entreprise par exemple qui fabrique des palettes en bois et que vous souhaitez doubler vos capacités de production… et que le banquier vous dit d’accord mais en contrepartie il faut augmenter votre capital pour faire face à l’augmentation du besoin en fonds de roulement…là encore vous n’avez pas le choix

5/ Qu'est- ce qu'un bon dossier de demande de financement de projet ou de développement ?

Ce qui fait l’intérêt de notre métier (accompagner les créateurs d ‘entreprises) c’est justement que personne ne peut répondre dans l’absolu à cette réponse. Vous pouvez avoir en face de vous un HEC ou polytechnicien bon teint qui vont échouer alors qu’un jeune plutôt « babcool » va réussir ; vous pouvez avoir un business plan validé par les plus grands cabinets de conseil et au final c’est le dépôt de bilan.

L’alchimie entre l’entrepreneur et son projet reste encore mystérieuse…

Le jour où quelqu’un aura élaboré une grille de lecture universelle des dossiers permettant d’évaluer de manière certaine la réussite d’un projet, ce jour là je suis certain d’une chose : cette personne sera milliardaire car tout le monde voudra acquérir la formule magique.

6/ Quelles sont les erreurs à ne pas commettre ?

Ne pas préparer ses rendez vous avec les chargés d’investissements… Compte tenu du degré de sélectivité je ne crois pas aux séances de rattrapage…si vous n’avez pas convaincu lors du premier entretien il n’y en aura pas un second….

7/ Quels conseils donneriez-vous à un créateur ou entrepreneur qui souhaite faire financer son projet ou son développement ?

L’accompagnement par des personnes aguéries à ce type de négociation me semble indispensable. D’abord parce qu’il est nécessaire d’évaluer si votre projet est susceptible d’intéresser les capitaux risqueurs, inutile de perdre du temps à concevoir un business plan spécifique, à envoyer plusieurs documents pour n’obtenir aucun rendez-vous.

Vous souhaitez vous inscrire au "Concours à la création des entreprises de Millau", téléchargez le dossier de candidature sur le site de La Communauté de Communes Millau Grands Causses. Date limité de réception des dossiers: 14 décembre 2007

Pour toutes demandes d'informations et aide dans le montage du dossier de candidature, vous pouvez solliciter le cabinet INTERFACES en charge de l'organisation du concours.

Retrouvez toute l'actualité sur le financement des entreprises sur le Blog de Jean-Philippe Martinez : capitalsocial.fr


author Publié par incwo Fri, 23 Nov 2007 13:16:12 GMT

Vous avez du vous en rendre compte, nous avons passé un accord avec statutsonline, qui depuis sept ans maintenant propose de réaliser en ligne les formalités de création d'entreprise. Cet accord se concrétise pour l'utilisateur du Bureau Virtuel par un changement dans le module de formalités. L'interface diffère un peu, mais le principe reste très proche: vous saisissez les informations sur la société que vous souhaitez créer, puis les documents sont automatiquement générés, prêts à envoyer. Il est même possible d'envoyer électroniquement tous les documents pour créer son entreprise.

Nous avons choisi de remplacer notre service par celui de statutsonline pour plusieurs raisons: tout d'abord, nos valeurs et notre approche sont les mêmes, et nous préférons travailler avec les spécialistes de chaque domaine. Ensuite, nous pensons tout d'abord en termes de service client, et celui que nous fournissons avec statutsonline est meilleur que celui que nous fournissions auparavant. Notamment sur le fait qu'une fois votre création réalisée, le dossier reste disponible sur le Bureau Virtuel et chaque formalité suivante (changement de gérant, changement d'adresse, etc.) se fait du coup en quelques secondes. Enfin, depuis sept ans statutsonline a accumulé de l'avance, notamment sur la partie dématérialisation. Malgré toutes les annonces, y compris publiques, il n'est pas encore possible aujourd'hui de faire intégralement en ligne la création de son entreprise, sauf à passer par statutsonline... ou maintenant par le Bureau Virtuel.

Nous souhaitons remercier Gérard Robeau et Martial Col pour leur support et bienveillance lors de cette longue phase d'intégration et de tests !


author Publié par incwo2 Thu, 22 Nov 2007 15:53:54 GMT

Après avoir présenté, lors d'une précédente revue de "l'Observatoire entreprise-facile de la création", les difficultés rencontrées par les entrepreneurs avant la création de leur activité, voici celles rencontrées après la création.

Les principales difficultés exprimées par les entrepreneurs sont :

  • L'importance du travail administratif, une difficulté citée par 20% des entrepreneurs interrogées
  • Se faire connaître par 19%,
  • Apprendre un nouveau métier par 11%,
  • Organiser l'activité au quotidien par 10%

Retrouvez tous les résultats en détails :

Difficultés organisationnelles, commerciales, financières, relationnelles, techniques ou d'ordre métier, qu'elles ont été vos principales difficultés après la création et comment les avez-vous surmontées ou résolues ?

Données issues de l’enquête réalisée entre le 15 Avril et 20 Juillet 2007, au travers d’un questionnaire administré en face à face et par téléphone, sur un échantillon de 200 entrepreneurs, sur Paris, région parisienne et les 3 plus grandes villes de France, et correspondant à la répartition des créateurs d'entreprises selon Insee. Étude réalisée pour l'observatoire entreprise-facile.


author Publié par incwo2 Tue, 20 Nov 2007 09:49:00 GMT

Fondateur de www.statutsonline.com, Gérard Robeau nous raconte son parcours de plus de 30 ans d'entreprenariat, les changements majeurs qu'il a connu en tant que créateur, et se prête au jeu du "si j'étais... secrétaire d'état aux petites et moyennes entreprises ..."

1/ Vous avez un parcours de créateur riche, avec plusieurs entreprises à votre actif : Comment devient-on un serial entrepreneur ? Qu'est-ce qui, tout au long de ces années vous a motivé pour créer des entreprises et vous a fait avancer ?

J'ai créé ma première entreprise à 20 ans et au cours des dernières 36 années, j'ai créé un certain nombre de sociétés. Chacune correspondait à un besoin ou une continuité de la première.

Par exemple:

  • La première est une société de commercialisation immobilière (1) ,
  • Ensuite une agence d'administration de biens et de syndic de copropriétés (2) pour gérer les biens vendus par la 1,
  • Puis une d'entretien et de nettoyage d'immeubles (3) dont le donneur d'ordre est le 2,
  • Puis une société de promotion immobilière (4) pour alimenter la 1,
  • Puis une société de construction (5) pour construire ce que la 4 a besoin.......

Toutes les entreprises que j'ai créé m'ont fait avancer et m'ont apporté une nouvelle motivation par la curiosité des spécificités liées à chaque métier. Mais pour moi, la véritable réussite est qu'après avoir fait naître, puis développé une entreprise, c'est de la céder à un nouvel entrepreneur, et que ce nouvel entrepreneur vous accueille avec un grand sourire chaque fois que vous le rencontrez.

2/ Concrètement, qu'est-ce que pour vous l'entreprenariat ?

Avoir une envie permanente d'apprendre, de construire et une prise de risque calculée (tant financière qu'humaine)

3/ Que doit attendre un porteur de projet de la création d'entreprise ?

Question saugrenue ! En effet, on n'attend rien de la création d'entreprise. On crée une entreprise parce qu'on a un projet. Si un porteur de projet s'imagine qu'il suffit de créer une entreprise et que se nommer patron va lui permettre de réussir, alors il vaut mieux qu'il ne crée pas.

4/ Qu'est ce que vous feriez de différent dans un prochain projet de création d'entreprise ?

Vu mon grand âge, il serait intelligent de prendre enfin des vacances, histoire de voir ce qui peut se faire ailleurs afin d'apporter des idées nouvelles aux jeunes entrepreneurs.

5/ Depuis l'arrivée d'Internet, qu'est ce qui a changé pour les créateurs et entrepreneurs ? Comment voyez-vous l'avenir de la création d'entreprise ?

Je dirais "qu'est ce qui a changé depuis l'arrivée de l'informatique". En 1981, je rachetais une société qui était la version française primaire de CENTURY 21. J'avais l'idée de regrouper toutes les annonces de vente de France sur un ordinateur central et que chaque agence immobilière du réseau puisse proposer à tout acheteur potentiel, quel que soit l'endroit ou il résidait, d'effectuer une visite virtuelle et de disposer de tous les renseignements sur un bien situé dans un autre lieu.

Malheureusement, même avec un ordinateur aussi gros que deux armoires, un disque dur de 10 mo et 32 k de mémoire, mon idée était trop en avance sur son temps. L'avènement d'internet et la puissance du micro-ordinateur combinés le permettent aujourd'hui.

Je vois l'avenir radieux pour la création d'entreprise. La simplification des formalités grâce à www.statutsonline.com permet aux entrepreneurs de ne plus perdre de temps dans la paperasserie. Avec leur bureau virtuel www.entreprise-facile.fr disponible de n'importe quel endroit, la comptabilité en ligne avec www.comptanoo.com et toutes les déclarations sociales www.net-entreprises.fr et fiscales avec www.impots.gouv.fr et http://tva.dgi.minefi.gouv.fr/ pour la TVA, les gains de productivité sont énormes pour ceux qui prennent la peine de s'y pencher.

Toutes les activités ont leur marché, mais celui qui s'imagine qu'il suffit de se dire chef d'entreprise pour réussir est voué à l'échec.

6/ Vous avez écrit : "Si je devais quitter mes fonctions actuelles, ce serait pour remplacer Le Secrétaire d'Etat à la petite et moyenne entreprise". Si c'était le cas, que proposeriez-vous ? Que feriez-vous dans les 6 prochains mois ?

Bien entendu, en premier lieu, je mettrais en place au niveau des CFE et des greffes l'outil qui permet une véritable et totale dématérialisation des formalités. Puis, je mettrais en place tous les moyens de simplification qui existent, mais sont bloqués par le corporatisme de certains intervenants. J'étudierais les meilleures idées proposées par les citoyens sans trop attendre (le blog de Monsieur Novelli est une bonne chose si les idées avancées ont une suite rapide). Je ferais également un point précis sur tous les réseaux d'aide à la création qui bouffent des fonds publics pour un résultat plus que médiocre. Je réviserais le mot "obligation" de la nomination d'un commissaire aux comptes dans une SAS par "permission" jusqu'à un certain montant de CA, d'un certain nombre de salariés et d'un certain nombre d'actionnaires. Cela permettrait de démarrer une activité avec une structure capitalistique et financière correcte pour les TPE et PME. Pour finir, je mettrais en place un système permettant aux TPE d'accéder, aux heures de grande écoute télévisuelle, à la même communication que seul un grand groupe peut s'offrir, avec un paiement différé si cette TPE devient une PME et ensuite un grand groupe ou une gratuité pour celles qui n'ont pas décollé.

7/ Pour conclure, quels conseils donneriez-vous à un porteur de projet qui souhaite lancer son activité ?

1°) Le choix juridique de démarrage est très important ainsi que la position sociale du dirigeant afin d'éviter d'avoir des charges à payer avant même d'avoir encaissé le moindre centime.

2°) Avez-vous déjà un contrat ? car il faut pouvoir démarrer immédiatement. On ne crée pas sans avoir le ou les clients.

3°) Avez-vous suffisamment de trésorerie pour faire face aux premiers mois d'activité et au délai du premier encaissement

Pour terminer, faites du bon boulot, car la radio tam-tam est la meilleure de vos publicités.


author Publié par incwo2 Mon, 19 Nov 2007 15:45:52 GMT

Cette semaine, dans l'Observatoire de la création d'entreprise-facile, nous nous intéressons aux sources d'information des entrepreneurs au moment de la création de leur entreprise.

De manière générale, les principales sources d'information désignées par les créateurs et entrepreneurs sont :

  • Les experts comptables : 46 % d'entre eux ont fait appel aux services d'un expert comptable
  • Les CCI : 38 %
  • Les sites Internet : 26%
  • Les forums/événements : 24 %
  • Les experts juridiques : 24%
  • Les Blogs : 23%

Toutefois, si le media Internet n'est cité que par 26% des personnes interrogées, son utilisation est en véritable croissance. Internet a été utilisé comme source d'information par 60% des entrepreneurs ayant créés leurs entreprises entre janvier 2006 et avril 2007.

D'ailleurs, 74% des entrepreneurs, qui ont répondu à notre étude, affirment utiliser Internet chaque jour dans le cadre de leur activité ou de leur recherche d'information professionnelle.

Et vous, pourquoi et comment utilisez-vous Internet ?

Données issues de l’enquête réalisée entre le 15 Avril et 20 Juillet 2007, au travers d’un questionnaire administré en face à face et par téléphone, sur un échantillon de 200 entrepreneurs, sur Paris, région parisienne et les 3 plus grandes villes de France, et correspondant à la répartition des créateurs d'entreprises selon Insee. Étude réalisée pour l'observatoire entreprise-facile.


author Publié par incwo Wed, 14 Nov 2007 08:38:47 GMT

Le principe de la grève est de faire pression sur sa hiérarchie professionnelle en ne travaillant pas (ne respectant ainsi pas le contrat "travail contre argent") dans le cadre d'une action concertée. Supposant de manière implicite que c'est la hiérarchie qui est plus pénalisée que le groupe de gréviste, et que chaque gréviste pris individuellement.

Toutes les professions peuvent-elles lancer une grève ? A priori, oui. Qu'en est-il de l'entrepreneur, que serait un entrepreneur gréviste ? Si votre journée est perturbée par la grève et que vous avez quelques minutes, n'hésitez pas à nous donner votre vision de l'entrepreneur gréviste


author Publié par incwo2 Tue, 13 Nov 2007 16:48:00 GMT

Nicolas Basso est le co-fondateur de Metycea, une jeune pousse française de l’internet dont la vocation est d’assurer la création et l’édition de sites internet. Après plusieurs collaborations sur des créations d'entreprises, il se lance à son tour et nous raconte son parcours, de l'envie de créer à la réalisation du projet.

1/ Comment vous est venue l'envie d'entreprendre ? A partir de quand, ou quel événement vous a encouragé à franchir le cap ?

Lorsque j’ai pu avoir l’opportunité d’échanger avec d’autres entrepreneurs, j’ai toujours été curieux de connaître l’origine de leur propre envie d’entreprendre. Et comme une majorité d’entre eux, j’estime que mon attrait pour la création d’entreprises est inné. Pour autant, dire que l’entrepreneuriat est inné ne revient pas nécessairement à affirmer que l’on a toute sa vie été un entrepreneur. Généralement, le temps et les expériences ont révélé ce trait de caractère et tous les entrepreneurs se reconnaissent ensuite dans l’idée qu’ils ont depuis longtemps été animés par cet état d’esprit.

Pour ma part, l’entrepreneuriat est en effet venu progressivement durant ma scolarité à l’instar d’un éveil progressif. Evidemment, j’ai des souvenirs très sélectifs de mon enfance ou de mon adolescence qui pouvaient laisser présager une telle orientation mais je considère le point de départ lors de mon cursus en Ecole Supérieure de Commerce. Si je devais spécifiquement choisir un moment clé, je définirai comme origine mon implication dans la constitution d’une EURL en 2002. Depuis cette première expérience forte, je n’ai eu de cesse d’avancer vers le cap de l’entrepreneuriat. Je l’ai aujourd’hui franchi en début d’année 2007 en me focalisant sur la création de la société Metycea – agence de création et d’édition de sites internet.

2/ Entrer dans une démarche de création : est-ce que ça change la vie, le quotidien, les préoccupations, la vision de l'entreprise, le regard ou le comportement de son entourage... ? comment ? pourquoi ?

Tout à fait ! A mon goût, l’entrepreneuriat entraîne nécessairement une confusion des sphères personnelles et professionnelles. Mon quotidien personnel est aussi celui de la création d’entreprise. Du matin au soir et tous les jours sans distinction. Je n’exprime pas de difficultés à finir mes journées durant les nuits ou à finaliser un document le dimanche… Je ne nie pas que cela soit parfois délicat mais je ne regrette rien car chaque journée a ce nouveau goût de liberté et apporte en plus son lot de plaisir.

Avec un tel investissement, la vision de l’entreprise se modifie en conséquence. On a le sentiment de passer de l’autre côté du rideau avec les responsabilités qui sont celles d’un entrepreneur. J’ai personnellement beaucoup de sympathie pour les chefs d’entreprise, qui, on l’oublie trop souvent, sont aussi d’anciens salariés. Gérer une entreprise vous permet d’avoir un regard transverse et aide aussi à mieux comprendre ce qu’ont pu vivre vos anciens employeurs. La vision de l’entreprise devient donc peu à peu plus globale.

Enfin, le regard des autres, même s’il peut changer, dépend beaucoup de la façon dont vous communiquez avec eux. J’ai beaucoup échangé sur ces sujets avec ma famille et mes proches qui m’ont vu murir au fur et à mesure. Leur soutien m’a parfois été essentiel, surtout dans la phase d’amorçage.

3/ Vous êtes actuellement en plein développement d'un projet : quels sont vos doutes et vos problématiques ? Quelles sont vos sources d'enthousiasme et de satisfaction ? Y a t-il plus de contraintes que vous ne l'imaginiez ? Comment les surmontez-vous ?

En schématisant un peu, je distingue 3 phases lors du parcours entrepreneurial dans lesquelles tout créateur d’entreprise rencontre son lot d’incertitudes et de plaisir.

  • De l’idée au projet : les principales questions résident dans la validité de l’idée et l’adéquation homme/projet. En parallèle, c’est sans doute la phase la plus libre où les seules obligations sont celles que le porteur s’impose.
  • Du projet à la création : il devient alors nécessaire de définir précisément les moyens à engager, à rencontrer et séduire les premiers « partenaires ». C’est aussi l'époque des « premières victoires ».
  • De la création au développement est une phase de renaissance. L’entreprise créée est fragile. L’entrepreneur doit désormais consacrer toute son énergie à son développement. Les premières obligations surviennent du fait des relations avec les clients et les fournisseurs.

La création de Metycea m’a fait traverser chacune de ces phases et je m’efforce aujourd’hui de développer notre société. Dans cette aventure, mes principaux doutes ont été d’un point de vue humain au moment de notre association (Metycea compte 3 associés) et financier (de par l’incapacité à assumer le montant de charges de départ). La résolution de ces difficiles équations ont été nos principales sources de joies avec aussi la signature de notre premier contrat client.

4/ Votre premier blog s’intitulait "entrepreneur philosophe". Avec le recul et l'expérience sur votre projet de création, peut-on l'être vraiment ?

Votre question me fait fortement penser à celle que l’on pose parfois aux philosophes. Peut-on vraiment être sage ? Je pense que de la même façon, il s’agit d’une notion absolue non d’un état défini. De fait, il s’agit de tendre vers un entrepreneuriat philosophe ce qui à mon goût signifie de ne jamais oublier la place prépondérante que l’homme occupe dans l’entreprise.

Je me souviens avoir ouvert ce blog pour confier mon sentiment sur un entrepreneuriat trop souvent dénaturé : business plan, marketing, ressources humaines…etc sont autant d’outils à la création d’entreprise. Cependant, au cœur de la création, il demeure un homme (ou une femme) désireux de créer de la valeur. C’est cela que je souhaitais mettre en avant. Le blog Entrepreneur Philosophe m’a permis de m’exprimer sur des sujets simples de la création d’entreprise : la liberté d’entreprendre, le courage d’entreprendre, le bonheur d’entreprendre…Autant de thèmes que j’ai rattachés à ma propre expérience au sein de Metycea. J’ai d’ailleurs poursuivi ces « confidences » en regroupant tous les billets du blog Entrepreneur Philosophe sous celui de Metycea.

5/ Quels conseils donneriez-vous à un porteur de projet qui souhaite créer son entreprise ?

Persévérer et agir. Le principal défaut des porteurs de projets reste de trop douter, trop « brainstormer » et ce au détriment de l’action. Le doute est une composante naturelle de l’approche entrepreneuriale. Autant faut-il savoir mettre un terme à son projet si celui-ci ne semble pas suffisamment mature, autant faut-il surtout savoir d’abord trancher et agir.

Entrepreneur qui s'investit, Nicolas Basso est co-fondateur de deux clubs business, le CERAM Business Club réunissant d’anciens étudiants entrepreneurs et le Club Business 83 pour les professionnels du Var. Retrouvez Nicolas Basso sur le Blog : blog.metycea.com.


author Publié par incwo Mon, 12 Nov 2007 08:54:18 GMT

Comme vous le savez nous avons lancé fin septembre un service gratuit, communaute-des-entrepreneurs.com. Ce service permet aux entrepreneurs de poser des questions et de partager leur expérience, il compte aujourd'hui plus de 300 entrepreneurs inscrits.

Nous souhaitions partager avec vous extrait de conversation entre deux membres de la communauté, assadia et leforain :



C'est un des objectifs que nous poursuivons avec la communauté : de l'entraide directe entre entrepreneurs (du E2E ? Entrepreneurs-to-entrepreneurs ?), alors cela fait plaisir quand cela marche de manière aussi simple et désintéressée. En outre leforain, sans le savoir, a conclu son post par ce que nous pensions utiliser comme slogan : "vous n'êtes pas seul !" :) Alors, continuez, aidez-vous les uns les autres !

Pour ceux qui ont un Bureau Virtuel, la connexion à la communauté se fait avec les mêmes identifiants (votre email et mot de passe) que pour votre Bureau Virtuel.


author Publié par incwo2 Thu, 08 Nov 2007 15:25:13 GMT

Cette semaine, dans "l'observatoire entreprise-facile" de la création d'entreprise, nous vous proposons un panorama des difficultés rencontrées par les entrepreneurs lors de la création de leur activité.

Pour 36,9 % des personnes interrogées, la principale difficulté lors de la création est la recherche de financements, que ce soit via les aides et subventions de l'état ou par l'intermédiaire des banques.

Viennent ensuite la recherche de locaux, pour 20%, et la gestion des éléments admistratifs pour 16% des entrepreneurs.

Et vous, quelles ont été vos principales difficultés lors de la création de votre entreprise ?

Données issues de l’enquête réalisée entre le 15 Avril et 20 Juillet 2007, au travers d’un questionnaire administré en face à face et par téléphone, sur un échantillon de 200 entrepreneurs, sur Paris, région parisienne et les 3 plus grandes villes de France, et correspondant à la répartition des créateurs d'entreprises selon Insee. Étude réalisée pour l'observatoire entreprise-facile.


author Publié par incwo2 Tue, 06 Nov 2007 14:59:29 GMT

A vos agendas ! Voici quelques événements du mois à découvrir dans vos régions :

Carrefour de la création et de la reprise : le 9 novembre à Aix en Provence. Ce forum s'adresse aux porteurs de projets, créateurs, repreneurs et jeunes entreprises en développement. Entrée libre et gratuite - Horaires d’ouverture : de 9h à 13h. Information sur www.agglo-paysdaix.fr

Top Franchise Marseille : les 12 & 13 Novembre au Palais du Congrès - Parc Chanot - 13008 Marseille. 5ème édition du salon Top Franchise. Organisé autour du "Parcours Méditerranée", ce salon sera ponctué par des espaces spécifiques : le village accompagnement pour guider les entrepreneurs dans leur projet - Le village des experts pour conseiller les futurs franchiseurs - Les ateliers pour découvrir un concept de franchise en particulier - Les conférences pour tout savoir sur la franchise, le commerce et la création d’entreprise - Le forum méditerranéen de la franchise pour s’exporter en franchise. Plus d'info sur : www.topfranchisemed.fr

Semaine de l'entreprenariat en Maine et Loire : du 12 au 16 novembre, avec le concours des Chambres de commerce et d’industrie du Maine-et-Loire, cette semaine accueillera différentes actions de sensibilisation et d’information du public sur l'ensemble du département. Entrée libre et gratuite. A Angers, le jeudi 15 novembre de 9h à 18h, se déroulera le Forum de la création et de la reprise d’entreprises qui se tiendra dans les locaux de la Maison de la création. www.semaine-entrepreneuriat.fr

Salon de l'Entreprise Midi-Pyrénées : les 14 & 15 Novembre , au Centre de Congrès Diagora Toulouse-Labège. Ce salon s'adresse à toute personne souhaitant créer, reprendre, céder, développer une entreprise ou devenir franchisé. Un espace "franchise", initié par la société easyFairs, sera à nouveau présent pour cette 5ème édition. Entrée gratuite pour tous les visiteurs. www.sempy.com

Prospecter (réunion thématique) : 14 Novembre, le CCEN 93 (Club des créateurs et des entreprises nouvelles) organise un débat sur le thème : "Décrocher un rendez-vous". Au programme de cette réunion qui se déroulera de 8h30 à 11h : oser prospecter, des méthodes pour passer les barrages et comment se différencier pour y arriver. Inscription par mail sur : inscription.ccen93@ccip.fr ou par téléphone au 01 48 95 10 84 www.ccip93.fr

Forum "osez l'entreprise" : les 14 & 15 novembre, 2 journées pour des rendez-vous avec des professionnels de la création, reprise et cession d’entreprise. 40 exposants, 30 conférences et ateliers techniques, des démonstrations. Horaires d’ouverture : de 9h à 18h - Entrée libre et gratuite. Contact : forum.creation@grenoble.cci.fr - Tél. : 04 76 28 29 26 - Programme et inscription : ici

Salon de l'installation en Milieu Rural : le 16 Novembre au Foyer communal - 38890 Salagnon. Ce salon s'adresse à tout porteur de projet qui souhaite s'installer dans le Nord-Isère dans tout domaine d'activité : agriculture, commerce, artisanat... présence des principaux acteurs de la création et la reprise d'activité du territoire. Contacts : Julie Ferrazzi - E-mail : julie.ferrazzi@free.fr ou Véronique Villalta - E-mail : villalta.adasea@freesurf.fr au 04 74 83 25 16. Horaires :9h à 18h www.adasea38.net

Matinée d'information création/reprise : Le 23 novembre à Audierne (29). Animée par la Chambre de commerce et d’industrie, la Chambre de métiers et l'Adie, cette réunion a pour objectif d'aider les porteurs de projet à maîtriser les différentes étapes de la création/reprise d'entreprise. Horaire : de 9h à 12h. Inscription au 02 98 70 16 00. Entrée Gratuite www.cap-sizun.fr


author Publié par incwo2 Tue, 30 Oct 2007 13:44:20 GMT

Un des commentaires du précédent sujet (voir ici) consacré à l'observatoire entreprise-facile, faisait état d'un constat personnel : "l'envie accélère la création".

Alors quelles motivations accélèrent véritablement la création ?

Dans l'étude menée pour l'observatoire entreprise-facile, il ressort que le temps de réflexion est plus court lorsque la motivation de création est liée à :

  • une opportunité
  • la connaissance du marché
  • le goût d'entreprendre

Par ailleurs, on apprend que lorsque la motivation de créer son entreprise résulte du développement d'une idée nouvelle, le temps de gestation du projet est de 6 mois à 1 an.

Et vous, de l'envie, de l'idée à la création : combien de temps a nécessité le développement de votre projet ?

Données issues de l’enquête réalisée entre le 15 Avril et 20 Juillet 2007, au travers d’un questionnaire administré en face à face et par téléphone, sur un échantillon de 200 entrepreneurs, sur Paris, région parisienne et les 3 plus grandes villes de France, et correspondant à la répartition des créateurs d'entreprises selon Insee. Étude réalisée pour l'observatoire entreprise-facile.


author Publié par incwo2 Thu, 25 Oct 2007 09:38:56 GMT

Nous poursuivons notre série hebdomadaire consacrée à "l'observatoire entreprise-facile" de la création d'entreprises. Aujourd'hui, nous vous proposons un point sur les motivations d'entreprendre.

Les principales motivations de création des entrepreneurs sont, pour :

  • 50,5 % : le désir d'indépendance
  • 10,8 % : l'opportunité de créer
  • 9,3 % : l'obligation de créer
  • 8,8 % : le goût d'entreprendre

Des disparités existent toutefois en fonction de l'âge.

Ainsi, avec l’âge, les entrepreneurs interrogés expriment moins leur désir d’indépendance au profit d'un sentiment d’obligation d’entreprendre pour créer son emploi, ou de l'émergence d'une opportunité de créer qu'ils souhaitent saisir.

Les plus jeunes quant à eux font part, de manière dominante, de leur désir d'indépendance et de leur goût d'entreprendre, comme principal moteur de création.

Et vous, quelles étaient ou sont vos motivations pour créer votre entreprise ?

Données issues de l’enquête réalisée entre le 15 Avril et 20 Juillet 2007, au travers d’un questionnaire administré en face à face et par téléphone, sur un échantillon de 200 entrepreneurs, sur Paris, région parisienne et les 3 plus grandes villes de France, et correspondant à la répartition des créateurs d'entreprises selon Insee. Étude réalisée pour l'observatoire entreprise-facile.


Older posts: 1 ... 128 129 130 131 132 ... 137